Bibtex de la publication

@InCollection{ CaTeTu2011.1,
author = {Cabanac, Guillaume and Teste, Olivier and Tuffery, Michel},
title = "{Architecture client-serveur : modes d'accès aux bases de données}",
booktitle = "{Traités des Techniques de l'Ingénieur H3865}",
publisher = {Techniques de l'Ingénieur},
address = {http://www.techniques-ingenieur.fr/},
year = {2011},
month = {août},
editor = {Zurfluh, Gilles},
pages = {1--20},
language = {français},
URL = {http://www.techniques-ingenieur.fr/res/pdf/encyclopedia/ti402-h3865.pdf},
note = {SIGRI},
abstract = {Ce dossier traite de l'architecture client-serveur pour l'accès aux bases de données (BD). L'accès aux BD est réalisé soit de manière interne, soit de manière externe, selon le type d'acteur et les traitements à réaliser sur les données. Les concepts sont illustrés par des exemples traités avec le logiciel Oracle et le langage hôte Java. Ce dossier présente, dans un premier temps, les types d'acteurs impliqués dans l'accès aux BD et, dans un second temps, les deux modes d'accès majeurs. L'accès interne concerne essentiellement les acteurs chargés du fonctionnement de la BD. Quatre modes d'accès sont possibles. Les caractéristiques de chaque mode en fonction de la localisation des données, des traitements et des présentations entre les clients et le serveur sont détaillées. L'approche centralisée présente essentiellement l'avantage de minimiser le déploiement sur les clients. Par opposition, l'approche décentralisée permet de désengorger le serveur. Les quatre modes (client léger « connecté », client lourd, client léger « déconnecté », client « riche ») favorisent plus ou moins l'une ou l'autre de ces approches. L'accès externe relève des développeurs d'applications clientes qui nécessitent des accès aux BD. Ces applications sont présentées principalement selon deux approches : client lourd et client léger. La première approche déporte autant que possible les traitements sur les clients, augmentant de ce fait les échanges réseaux entre les clients et le serveur de données. À l'inverse, la seconde approche place les traitements sur le serveur augmentant ainsi sa charge.}
}